UN PROJET PEDAGOGIQUE ORIGINAL

On se moque souvent du caractère prétendument « inaudible » de la création musicale contemporaine pour s’éviter a priori tout contact avec elle. Pourtant, si cet adjectif est effectivement celui qui la décrit le mieux, ça n’est pas en tant en conséquence du choc esthétique qu’elle est susceptible de produire chez l’auditeur, mais bien en raison de son absence systématique du paysage artistique : souvent boudée par les mélomanes, purement et simplement inconnue du grand public, à la ville comme à la campagne, inexistante dans les médias ou les réseaux de diffusion culturelle, très largement absente des programmes d’enseignement, et de façon plus problématique encore des enseignements artistiques.

Depuis plusieurs décennies, une rupture s’est en effet opérée dans les cursus de formation des musiciens entre, d’un côté, l’enseignement des techniques traditionnelles d’écriture de la musique (comme celui des « classes d’écriture » au sein des conservatoires) et, de l’autre, l’apprentissage de la composition. Or cette rupture, amorcée dans les années 60, consacre dans l’esprit du jeune musicien comme dans celui de l’aspirant créateur – et a fortiori, dans celui du grand public – une différence de valeur entre les acquisitions techniques traditionnelles d’une part, et l’inventivité, la création d’autre part.

L’ambition du programme pédagogique proposé ici est de retisser les liens entre ces deux aspects, de faire redécouvrir aux musiciens de la jeune génération les fondements de cet art – aujourd’hui millénaire – d’écrire la musique, mais en plaçant l’invention, l’expression, la sensibilité et la création au cœur-même du processus. On fait ici le postulat fort qu’il n’y a pas d’âge pour commencer à composer de la musique et qu’un élève doit avoir en main très rapidement les outils qui lui permettront d’acquérir son indépendance créatrice.

C’est dans cette optique nous avons imaginé cette résidence, intitulée « inventer pour apprendre »